L’art du récit

illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations

Publié le 16 novembre 2023 par Andrew Owen (5 minutes)

post-thumb

En tant qu’êtres humains, les deux principaux moyens d’apprentissage sont le jeu et l’histoire. Lorsque vous essayez d’apprendre une nouvelle tâche, il est souvent plus facile d’apprendre par essais et erreurs que par l’enseignement traditionnel. On dit souvent que les erreurs et les échecs sont les meilleurs professeurs. Mais parfois, il est préférable d’apprendre des expériences des autres pour éviter de répéter leurs erreurs. Les histoires sont importantes. Elles nous permettent d’atteindre un public non seulement au-delà de notre propre géographie, mais aussi au-delà de notre propre durée de vie.

Le maître de l’enseignement de l’histoire est Robert McKee. Ses ouvrages sur le sujet comprennent “Story”, “Dialogue”, “Character” et “Action”. Il a également coécrit “Storynomics”, un livre sur le marketing basé sur les histoires dans le monde post-publicitaire. Extrait de la jaquette de “Character”:

…titulaire d’une bourse Fullbright, est le conférencier le plus demandé dans le domaine de l’art du récit. Au cours des 30 dernières années, il a encadré des scénaristes, des romanciers, des dramaturges, des poètes, des documentaristes, des producteurs et des réalisateurs. Parmi les anciens élèves de McKee, on compte plus de 60 lauréats et 200 nominés aux Academy Awards, 200 lauréats et 1 000 nominés aux Emmy Awards, 100 lauréats de la Writers’ Guild of America et 50 lauréats de la Directors’ Guild of America.

Ce type connaît manifestement ses oignons. Mais il ne prétend pas avoir inventé une nouvelle approche de la narration. Il fait plutôt remonter les idées qu’il enseigne à la “[Poétique]” d’Aristote (https://www.wordery.com/9780486295770 “Poetics”). Soit dit en passant, j’ai vu McKee donner une conférence à Wellington, en Nouvelle-Zélande. Il était d’accord avec moi pour dire que les mauvais écrivains aiment tout ce qu’ils écrivent, et que les bons écrivains détestent tout ce qu’ils écrivent. Nous le détestons parce que nous savons qu’il peut toujours être meilleur. Mais comme je l’ai appris en travaillant dans la presse, lorsque la date limite arrive, on rend ce qu’on a et on passe à autre chose.

La Poétique est l’ouvrage le plus ancien de la théorie dramatique grecque classique qui nous soit parvenu. Or, la moitié de cet ouvrage a disparu. La section sur la comédie est perdue. Il nous reste la section sur le drame qui concerne principalement la tragédie. Aristote identifie les différentes parties de la tragédie par ordre d’importance:

  1. L’intrigue
  2. Le personnage
  3. La pensée
  4. Le dialogue
  5. Le son
  6. Le spectacle

Bien qu’il parle du théâtre grec antique, il pourrait tout aussi bien décrire le cinéma américain moderne lorsqu’il se plaint que ces éléments sont généralement hiérarchisés dans l’ordre inverse. Les films de super-héros sont particulièrement coupables de cela, et c’est pourquoi, après un certain temps, il est difficile de se souvenir de ce qui les distingue en dehors des scènes d’action et de la bande-son.

Grâce à Kent Beck, dans le domaine du développement de logiciels, nous avons l’idée de l’histoire de l’utilisateur utilisée pour décrire les caractéristiques d’un système. Par exemple:

En tant que <rôle>, je peux <capacité>, de sorte que <bénéficie>.

Le personnage est principalement défini par le rôle. Mais lorsqu’il s’agit de raconter une histoire, il est utile de donner de la profondeur au personnage. Dans “La terrible histoire d’Alice la technicienne”, Fluid Topics ne se contente pas de nous indiquer le rôle de la protagoniste. Il nous parle d’elle:

  • Diligente
  • Pragmatique
  • Respect des délais
  • Sous pression
  • Une rédactrice expérimentée

Dans la fiction narrative, un modèle couramment utilisé est la structure en trois actes. Cette structure décompose une histoire en trois parties: la mise en place, la confrontation et la résolution. Chacun de ces actes est composé de scènes ayant leur propre arc et leur propre rythme. C’est l’intrigue. Dans l’exemple de Sujets fluides, Alice doit mettre à jour le guide d’installation et de configuration du système de diagnostic médical phare de son entreprise. La confrontation consiste à essayer d’obtenir les informations dont elle a besoin à temps pour publier le manuel. La résolution est qu’elle a le vent en poupe et que le manuel ne tient pas compte des commentaires des clients et des modifications apportées à l’interface utilisateur. Mais vous pouvez cliquer sur le bouton Fluide pour changer l’histoire en une moins dramatique mais avec une issue plus heureuse. Les scènes sont les titres “3 jours et le compte à rebours” et “7 jours et le compte à rebours”. Les temps forts de l’histoire sont les événements horodatés.

La pensée et le dialogue sont en quelque sorte interchangeables. Ils traduisent le récit intérieur des personnages. Par exemple: “Alice aimerait améliorer le manuel”. Les personnages doivent être fidèles à eux-mêmes dans leurs pensées et leurs actes. Nous avons déjà établi qu’Alice est le genre de personne qui veut faire du bon travail. Si nous disons au public que lorsqu’elle n’obtient pas le retour d’information dont elle a besoin, elle décide de passer l’après-midi à naviguer sur les médias sociaux, nous le perdons. Ces éléments doivent donc être motivés par le personnage que nous avons créé.

Le son et le spectacle sont les moins importants, mais ils le sont tout de même. Si vous faites une présentation en personne, un bon son et un excellent jeu de diapositives sont importants. Mais pas autant que l’histoire que vous essayez de raconter. Les gens se souviennent des bonnes histoires. Si vous donnez la priorité à ces éléments, ils ne se souviendront que de la “bande-son” et des “séquences d’action”.

J’espère vous avoir convaincu du pouvoir de l’histoire pour que votre public se souvienne de ce que vous essayez de communiquer. Mais Aristote propose un autre outil dans “Rhetoric”, son traité sur l’art de la persuasion. Je dirais que la leçon la plus importante de cet ouvrage concerne l’établissement de la confiance. Si vous voulez aller encore plus loin, je vous recommande “Rhetoric of Fiction” de Wayne C. Booth, mais je ne le recommande normalement qu’aux romanciers en herbe.

Enfin, je recommande un logiciel. Bien que Causality soit destiné aux scénaristes, j’ai trouvé qu’il s’agissait d’un excellent outil pour créer des scripts pour des démonstrations et des présentations. Il est gratuit pour les œuvres courtes et comprend actuellement un graphique de lisibilité qui peut s’avérer utile pour s’assurer que votre public reste engagé. Il est disponible pour Linux, macOS et Windows.