Ma liste de séries télévisées (en anglais)

illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations

Publié le 13 avril 2023 par Andrew Owen (11 minutes)

post-thumb

À ce jour, l’un des articles les plus lus que j’ai écrits sur ce blog était une liste de podcasts. Me revoici donc avec un article sur la culture pop hors sujet. Et cette fois, je ne vais même pas faire semblant que cela a un rapport avec les relations avec les développeurs. Cela dit, le monde de la technologie peut être implacable et nous avons tous besoin de nous évader de temps en temps. En écrivant cet article, j’avais oublié que j’avais déjà écrit un article similaire pour une version antérieure de ce site web. Si cet article semble un peu décousu, c’est parce que j’y incorpore les parties de cet article qui sont toujours d’actualité.

“Pour dire quelque chose de complexe sur quelque chose d’aussi désorganisé, confus et interconnecté qu’une ville américaine, il faut se reposer toute la saison sur une seule histoire.”—*David Simon

La télévision me passionne. Je me souviens du poste familial que nous avions loué en 1981 et sur lequel les trois chaînes terrestres étaient imprimées au-dessus de diodes électroluminescentes indiquant ce que l’on considère: BBC1, BBC2, ITV1 et, dans l’attente d’un nouveau service, ITV2. ITV2 a fini par arriver en 1998. En 1982, nous avons eu Channel 4 à la place. Cette chaîne est finalement devenue nationale en 2010, lorsque l’émetteur de Wenvoe est passé au numérique. Auparavant, les téléspectateurs de la majeure partie du pays de Galles recevaient la chaîne S4C en langue galloise.

Aujourd’hui, nous avons le numérique terrestre, le satellite, le câble et une pléthore de chaînes de télévision par abonnement (souvent verrouillées géographiquement) sur l’internet. Il doit bien y avoir quelque chose qui vaut la peine d’être considéré: C’est probablement le cas, mais le trouver est une tâche non triviale. Lorsque je n’avais pas de télévision, j’utilisais beaucoup le iPlayer de la BBC, à l’époque où il était légal de le faire sans licence de télévision. Depuis que j’ai émigré, je ne considère pratiquement plus de programmes de la BBC. Mais déjà à l’époque, Sophie Wilson avait fait remarquer que le traitement des sujets sur BBC Four ne dépassait guère la surface. Prenez, par exemple, “10 choses que vous ne saviez pas sur les tsunamis”. J’en connaissais huit, et je ne suis pas sismologue.

Même si j’aime les émissions factuelles, ce que je préfère et ce que la télévision fait le mieux, selon moi, c’est la fiction de longue haleine. La version DVD étendue du “Seigneur des anneaux” dure un peu moins de onze heures et demie. C’est toujours plus court que la première saison de “The Wire”. Je ne compare pas les deux, mais si vous utilisez le temps à bon escient, vous pouvez raconter une histoire beaucoup plus profonde à la télévision. L’exemple extrême est “Coronation Street”, qui a commencé comme une pièce d’Ibsen sans fin.

Robert McKee, spécialiste des scénarios, explique que la “Poétique” d’Aristote donne les bases de ce qu’il faut savoir pour écrire une pièce de théâtre. Les six éléments requis sont, par ordre d’importance: l’intrigue, les personnages, la pensée, la diction, la musique et le spectacle. McKee affirme que la plupart des films hollywoodiens placent ces éléments dans l’ordre inverse. Ce n’est que relativement récemment que la télévision a adopté la narration, bien que les premiers exemples soient “Columbo” (1971-1978), “M*A*S*H” (1972-1983), “Hill Street Blues” (1981-1987) et “St Elsewhere” (1982-1988).

Mais venons-en à ma liste. Si vous vous dites “oh non, pas d’autres coffrets interminables”, sachez que la plupart de ces séries étaient des miniséries ou duraient de deux à quatre saisons. À la fin de chaque saison, ces séries étaient souvent menacées de ne pas être renouvelées. Malgré un succès critique, plusieurs d’entre elles ont été annulées en raison du faible nombre de téléspectateurs. Ces émissions sont un mélange de documentaires et de drames dans les catégories suivantes: crime, fantastique, science-fiction et comédie de situation. Elles donnent toutes à réfléchir et certaines étaient en avance sur leur temps en traitant de questions qui sont toujours d’actualité.

Je tiens à préciser que je ne suis pas payé par HBO pour écrire ces lignes. Mais c’est sur le service de diffusion en continu que vous trouverez la majorité de ces émissions. Les autres sont pour la plupart disponibles sur Prime Video, mais dans certains cas, vous devrez acheter le DVD.

Better Off Ted

2009-2010 • TV-PG • 30m
Victor Fresco a créé “Andy Richter Controls the Universe”, que j’adore, mais que je ne recommanderai qu’aux rédacteurs techniques et aux illustrateurs. Cette comédie sur le lieu de travail se déroule dans une mégacorporation amorale qui développe des produits, notamment des capteurs qui ne peuvent pas voir les Noirs. La série a été comparée favorablement à “Arrested Development” et au moins deux critiques de presse ont donné une note parfaite à la deuxième saison.

Black Sails

2014-2017 • 15 • 56m
Ce préquel de “Treasure Island” de R.L. Stevenson n’est pas destiné aux enfants. Elle associe des personnages du roman à des individus tristement célèbres de l’âge d’or de la piraterie. Nick Cave a enregistré une reprise de la chanson “Avalanche” de Leonard Cohen pour un épisode, et le générique est génial, joué principalement à la vielle à roue. Je suis peut-être influencé par le fait que j’ai été marin, mais la conclusion (que je ne vous dévoilerai pas) élève la série.

Caprica

2009-2010 • 15 • 1h
Ronald D. Moore est connu pour avoir exploré la religion dans la science-fiction dans “Star Trek: Deep Space Nine” et “Battlestar Galactica”. Afin d’attirer un public plus diversifié, cette préquelle de cette dernière ne se déroule pas dans l’espace. Elle explore les implications éthiques de l’intelligence artificielle, de la robotique et de la réalité virtuelle. Avec ses thèmes de richesse, de corporatisme et de rivalités familiales, Moore lui-même l’a comparée à “Dallas” (dont l’épisode final est le plus étrange de tous les feuilletons diffusés à une heure de grande écoute).

The Corner

2000 • 18 • 1h
Avant “The Wire”, David Simon, ancien journaliste criminel du Baltimore Sun, et Ed Burns, ancien inspecteur de la criminelle de Baltimore et enseignant dans une école publique, ont adapté leur livre “The Corner: A Year in the Life of an Inner-City Neighborhood” en une minisérie pour HBO. Elle raconte l’histoire réelle d’une famille pauvre vivant dans le marché de la drogue à ciel ouvert de l’ouest de Baltimore. La série a remporté trois Emmy Awards et a servi de base à la fiction.

The Good Place

2016-2020 • 15 • 22m
Après le succès de “The Office”, “Parks and Recreation” et “Brooklyn Nine-Nine”, NBC a commandé à Michael Schur une série de 13 épisodes sur la base d’un simple pitch. La série, souvent qualifiée dans son podcast (regardez toujours les épisodes en premier) de “série la plus intelligente et la plus stupide de la télévision de réseau”, trouve un équilibre entre une exploration approfondie de la philosophie morale et l’humour des toilettes. Elle propose une solution géniale au problème des “sept maux que l’on ne peut jamais prononcer à la télévision” et l’un des plus grands rebondissements de l’histoire de la télévision (ne lisez rien sur la série avant de la regarder).

Homicide: Life on the Street

1993-1999 • 15 • 1h
Basée sur “Homicide: A Year on the Killing Streets”, cette série répond à la question suivante: à quoi ressemblerait une série policière écrite par Samuel Beckett: Créée par Barry Levinson et Tom Fontana, cette série est composée d’un ensemble diversifié d’acteurs de cinéma et de théâtre acclamés. On y retrouve le rôle déterminant d’André Braugher dans le rôle de l’inspecteur Frank Pembleton, ainsi que la première apparition de l’inspecteur John Munch, incarné par Richard Belzer. Parmi les invités figurent Steve Buscemi, James Earl Jones, John Waters et Robin Williams. Il faudrait un livre entier pour rendre justice à cette série.

Hot Metal

1986-1989 • 15 • 24m
Dernièrement, David Renwick est surtout connu comme le créateur de “Jonathan Creek”. Sa série d’écrits comiques remonte aux années 1970. Mais il a commencé sa vie en tant que journaliste et rédacteur en chef d’un journal local anglais. Cette série est sa satire de la presse tabloïd britannique au plus fort de la rivalité entre les barons des médias Rupert Murdoch et Robert Maxwell. Bien qu’elle soit moins connue que “Drop the Dead Donkey”, qui était l’équivalent pour les journaux télévisés, elle a mieux vieilli parce qu’elle n’est pas d’actualité.

Luther

2010-2019 • 15 • 1h
Écrite par Neil Cross pour mettre en valeur le talent d’Idris Elba, cette série combine des éléments de “Columbo” et du Sherlock Holmes original. Ce qui échappe à la plupart de ses détracteurs, c’est que même si elle se déroule de nos jours, il s’agit d’une série fantastique. TF1 l’a suffisamment appréciée pour commander une version française avec Christopher Bayemi. Et Netflix a débloqué les fonds nécessaires pour réaliser le film que Cross et Elba avaient toujours voulu faire: “Luther: The Fallen Sun”. Regardez d’abord la série, puis guettez les clins d’œil à “Skyfall”.

Parts Unknown

2013–2018 • PG • 42m
L’apogée des carnets de voyage du chef cuisinier devenu écrivain et animateur Anthony Bourdain. Il avait essayé d’écrire quelques romans policiers avant de connaître un succès d’édition inattendu avec “Kitchen Confidential: Adventures in the Culinary Underbelly”. Il s’est soudain retrouvé dans tous les talk-shows, ce qui lui a permis de développer sa propre carrière à la télévision. Ses trois premiers efforts, “A Cook’s Tour”, “No Reservations” et “The Layover”, ont leur adéquat charme. Mais dans cette émission, Bourdain fournit le cadre, puis s’efface et laisse les sujets raconter leur adéquate histoire.

Max Headroom

1987-1988 • PG • 1h
Dérivée du film “20 Minutes Into the Future” qui a servi de décor au talk-show musical “The Max Headroom Show”, cette émission imagine un avenir dystopique dominé par la consommation télévisuelle et les mégaentreprises. L’image “générée par ordinateur” de l’intelligence artificielle au centre de l’émission était en fait une prothèse élaborée appliquée à l’acteur Matt Frewer. Le personnage est devenu une icône de la culture pop des années 1980.

Oz

1997-2003 • 15 • 55m
C’est la seule série de cette liste que je n’ai pas encore regardée au moment où j’écris ces lignes. Elle a été créée par Tom Fontana alors qu’il travaillait encore sur Homicide, inspiré par un épisode de cette série. Comme “Luther”, elle se déroule dans une version fantastique de la réalité, dans ce qui était alors un futur proche. Elle met en scène Ernie Hudson (Ghostbusters) et J.K. Simmons (Spider-Man).

The Sarah Connor Chronicles

2008-2009 • 15 • 1h
Cette série fait suite aux événements de “Terminator 2: Judgement Day” et ignore les films suivants. Le rôle-titre est tenu par Lena Headey, mieux connue pour son interprétation de Cersei Lannister dans “Game of Thrones”. La musique a été composée par Bear McCreary, qui a signé la musique de “The Walking Dead” et de plusieurs autres séries de cette liste. Summer Glau incarne une androïde envoyée dans le passé pour protéger Connor et son fils John.

Satellite City

1996 • 15 • 30m
Comme “The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy” et “Flight of the Conchords”, cette série a commencé comme une série radio de la BBC. Une brillante comédie noire qui se déroule dans une ville fictive des vallées du sud du Pays de Galles. L’anthropologue américain Randy est la doublure du téléspectateur. Le fait qu’elle n’ait jamais été diffusée au Royaume-Uni n’est dû qu’à l’antipathie des Anglais. J’ai rencontré un jour le créateur de la série, Boyd Clack, à Cardiff, où il m’a conseillé que le moyen le plus simple d’arrêter de fumer était de “prendre de l’héroïne médicamenteuse”.

Show Me a Hero

2015 • 15 • 56m
Basée sur l’ouvrage de Lisa Belkin “Show Me a Hero: A Tale of Murder, Suicide, Race, and Redemption”, la série raconte la véritable histoire de la lutte d’un quartier de la classe moyenne blanche contre la construction de logements sociaux dispersés imposés par le gouvernement fédéral à la fin des années 1980. Oscar Isaac a remporté un Golden Globe pour son interprétation du maire de Yonkers, Nick Wasicsko. La distribution comprend Jim Belushi, Alfred Molina et Winona Ryder.

Tremé

2010-2013 • 15 • 55m
David Simon savait qu’il voulait faire une série qui se déroulerait à la Nouvelle-Orléans. Et puis l’ouragan Katrina est arrivé. La série suit la vie des habitants du quartier de Tremé, qui tentent de reconstruire leur vie, leur maison et leur entreprise. Elle comprend de la musique originale et des apparitions de musiciens de la Nouvelle-Orléans dans tous les genres. Qui aurait cru que la Nouvelle-Orléans possédait une scène death metal florissante: Et l’un des auteurs était Anthony Bourdain.

Veronica Mars

2004-2019 • 15 • 44m
Avant d’adapter “iZombie” pour la télévision, Rob Thomas a effectivement créé le sous-genre du roman noir pour adolescents avec cette série. Kristen Bell y tient le rôle principal, celui d’une fille qui suit les traces de son père détective privé, incarné par Enrico Colantoni. La série a été annulée en 2006 après seulement trois saisons. En 2014, un film financé par des fans est sorti, qui a également donné naissance à la série dans la série “Play It Again, Dick”. Puis en 2019, nous avons eu droit à la quatrième et probablement dernière saison.

We Own This City

2022 • 18 • 58m
Basé sur le livre de Justin Fenton, journaliste au Baltimore Sun, intitulé “We Own This City: A True Story of Crime, Cops and Corruption in an American City”, ce film raconte l’ascension et la chute de la Gun Trace Task Force. David Simon, qui a contribué à la publication du livre et l’a adapté pour la télévision, l’a qualifié de “coda inévitable à ce demi-siècle de désastre qu’est la guerre de la drogue aux États-Unis”. Jon Bernthal, qui a joué le rôle de Shane Walsh dans “The Walking Dead”, incarne le sergent Wayne Jenkins.