Jouer au plus grand jeu 4X de tous les temps sur du matériel moderne

illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations

Publié le 2 juin 2022 par Andrew Owen (5 minutes)

post-thumb

Ayant passé mon temps libre ces deux dernières semaines à regarder les 12 saisons de la série primée de Tony Bourdain sur CNN Parts Unknown (parce qu’elle quittera Netflix en juin), je n’ai pas fait grand-chose d’extra-scolaire. Je manque également de sommeil. C’est pourquoi, lorsque j’ai parcouru la liste des idées d’articles, j’ai opté pour le fruit le plus facile à cueillir. Cet article sera plus décousu que d’habitude, mais il est possible qu’il contienne accidentellement des informations utiles aux développeurs.

En fait, mettons les choses au clair dès maintenant. Si vous avez des applications macOS héritées ou des images disque qui traînent, vous devriez garder une machine fonctionnant sous macOS 10.14 (Mojave) en bon état au cas où vous auriez besoin d’y accéder. Outre l’abandon de la prise en charge 32 bits, macOS 10.15 (Catalina) a également abandonné la prise en charge du montage des disques formatés HFS. Certes, HFS+ est la norme depuis macOS 8.1, mais même après sa sortie, il était conseillé d’utiliser HFS pour les images de disque au cas où vous auriez besoin de les monter sous des versions antérieures de macOS. J’ai également rencontré des problèmes avec des supports externes sur mon Mac M1 fonctionnant sous macOS 12.4 (Monterey), qui ne se montent qu’en mode lecture seule. J’ai donc ressorti mon vieux MacBook Air 2010 des boules à mites et j’y ai installé macOS 10.13.6 (High Sierra). J’ai même acheté un adaptateur mini display port vers HDMI. Et ce que j’ai remarqué, c’est qu’en dehors du web, il n’est pas sensiblement plus lent que les machines modernes.

J’avais dit que ce serait un peu décousu. Bien que j’aie travaillé dans l’industrie des jeux vidéo, je ne me considère pas vraiment comme un joueur. Le matin, je passe environ une heure à jouer en attendant que le café fasse son effet. Une petite partie de solitaire, les défis quotidiens de RuneScape et quelques courses multijoueurs sur Asphalt 8, et j’ai fini. Mais il y a un jeu de stratégie auquel je joue sans interruption depuis 1993: Master of Orion de Steve Barcia, ou MOO en abrégé.

Alan Emrich a inventé le terme 4X pour décrire le style de jeu de MOO: explorer, étendre, exploiter, exterminer. Il a également contribué à affiner le jeu et a coécrit le guide de stratégie avec Tom Hughes (vu le prix de vente actuel, je suis content d’avoir gardé mon exemplaire). Il y a eu plusieurs successeurs au jeu original, mais aucun d’entre eux n’a semblé atteindre le niveau de l’original.

Après une dizaine d’années de jeu, j’ai adopté la configuration initiale et le style de jeu que j’aime. J’ai réglé la difficulté sur moyenne, la taille de la galaxie sur petite et le nombre d’espèces sur cinq. J’incarne les Bulrathi (de formidables chasseurs terrestres) et j’essaie de gagner par la diplomatie. Le jeu dure généralement entre une demi-heure et une heure, ce qui correspond à peu près au temps que je souhaite consacrer à une session de jeu. Et des décennies après avoir joué de cette façon, je ne sais toujours pas comment la partie va se terminer.

Quelles sont donc les options qui s’offrent à vous si vous avez raté le coche et que vous voulez jouer au jeu aujourd’hui? Vous pouvez obtenir la version DOS originale sur GoG. Mais l’interface correspond à ce que l’on peut attendre des jeux DOS de l’époque, pilotés par la souris. Pour les joueurs qui découvrent le jeu, je recommande Remnants of the Precursors, un remake gratuit génial de Ray Fowler. Il incorpore l’esthétique des jeux ultérieurs sans changer le gameplay de l’original. Il est écrit en Java (ce qui signifie qu’il fonctionne sous Linux, macOS et Windows). Il est localisé dans 20 langues, et d’autres sont à venir.

Mais ma version préférée reste la version Macintosh. Elle n’est pas aussi soignée que Remnants, mais elle est plus réactive. Contrairement à la version DOS, dont Remnants s’inspire, MacMOO utilise l’interface utilisateur native. Les fenêtres fonctionnent sur des écrans jusqu’à 1024×768 pixels (bien mieux que l’écran 320×200 de DOS). Et surtout, les codes de triche fonctionnent toujours (bien que je ne les utilise que lorsque j’ai tellement merdé que je me retrouve dans une guerre finale impossible à gagner).

Mais comment faire fonctionner des programmes macOS classiques sur du matériel moderne? Mon option préférée est Basilisk II, un émulateur de Macintosh Motorola 68000 open-source. Si vous avez besoin d’exécuter des applications macOS PowerPC classiques, il y a SheepShaver. Ces émulateurs sont disponibles pour Linux, macOS et Windows. Si vous avez besoin d’exécuter des applications PowerPC pour MacOS X, QEMU est la meilleure option. Sur macOS (ARM ou Intel), la façon la plus simple d’utiliser QEMU est d’installer UTM. Mais avec toutes ces solutions, vous aurez besoin d’images d’installation de ROM et de système d’exploitation.

Il existe une autre option. Mihai Parparita a développé le portage de Basilisk II dans le navigateur de James Friend. Vous pouvez lire son article. Il ne vous manque plus qu’une copie du média d’installation de MacMOO. Il ne s’agit pas d’un objet de collection, et j’ai trouvé une copie de la version CD à 17 dollars sur eBay au prix “buy-it-now”.

Le fait que même des logiciels aussi complexes qu’un émulateur Amiga A500 puissent désormais fonctionner à une vitesse acceptable dans le navigateur explique pourquoi le web semble paresseux sur un Mac 2010. Les ventes de matériel Chrome OS dépassent depuis peu les ventes de matériel macOS. Pourquoi? Parce que la plupart des applications générales peuvent être réalisées dans le navigateur. Et vous serez peut-être surpris de voir combien d’applications natives sont construites sur un navigateur intégré avec Electron (même si vous ne serez probablement pas surpris d’apprendre que Microsoft Teams est l’une d’entre elles).