Mon processus de traduction

illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations

Publié le 23 mars 2023 par Andrew Owen (3 minutes)

post-thumb

La semaine dernière, j’ai expliqué comment j’avais ajouté la localisation à mon site web. Bien que j’aie traduit tout le contenu principal, il me se repose encore plus d’un an d’articles à traduire. J’ai donc mis au point un flux de travail pour faciliter le processus. Mon objectif est de publier simultanément tous les articles à venir en anglais et en français, et de traiter les articles en attente au fur et à mesure que le temps le permet. Je ne parle pas couramment le français, mais j’essaie de m’améliorer, et cette démarche va me permettre d’être exposée à la langue chaque semaine. L’approche que j’adopte devrait fonctionner également pour toute autre langue avec laquelle vous avez une certaine familiarité, même si vous n’êtes pas un locuteur natif.

Pré-requis: configurer le plug-in Chrome LanguageTool

Comme je l’ai mentionné dans des articles précédents, [LanguageTool](https://languagetool.org/ “LanguageTool”) est mon correcteur d’orthographe et de grammaire en ligne préféré. Non seulement il est multilingue, mais vous pouvez lui indiquer votre langue maternelle, et il vous aidera à éviter les erreurs telles que les faux amis - des mots qui semblent similaires dans les deux langues, mais qui ont des significations différentes. Dans les paramètres, j’ai réglé ma Mother Tongue sur English, mes Langues préférées sur English et Français, et Interpret English sur English (Americain). Vous ne devez effectuer cette configuration qu’une seule fois.

Dupliquer l’article

Après avoir écrit la version anglaise de l’article, l’étape suivante est de créer un nouvel article avec le même nom de fichier, mais se terminant par .fr.md au lieu de .md. Comme je ne traduis que dans une seule langue, je n’utilise pas de dossiers pour chaque langue. Ensuite, je vais dans la vue du code de la version anglaise et je copie et colle tout dans la version française. Vous devrez traiter les métadonnées séparément. Mais si vous travaillez dans un référentiel, vous pouvez simplement dupliquer le fichier et le renommer.

Copier l’article sur DeepL

À partir de maintenant, je travaille exclusivement dans la version française. Dans la vue texte riche, je copie le corps du texte et le colle dans l’interface web de DeepL. La version gratuite de DeepL est limitée en nombre de mots, il se peut donc que vous deviez traiter l’article par morceaux. Il est également utile de suivre mes conseils en matière de rédaction pour la traduction.

Révisez le contenu avec LanguageTool

LanguageTool met en évidence les éventuelles fautes d’orthographe ou de grammaire dans le résultat et les mots que DeepL pourrait avoir mal traduits par rapport à l’original. Je pense que corriger ces erreurs avant de renvoyer le contenu permet de former DeepL, et comme cela ne me coûte rien, je suis ravie de vous aider.

Coller le contenu dans l’article

Lorsque je remplace l’anglais par le français, s’il n’y a pas d’hyperliens dans le texte, je colle tout l’article en une seule fois. Sinon, je procède paragraphe par paragraphe, en collant la version française après la version anglaise et en copiant les liens hypertextes avant de supprimer la version anglaise. Lorsque j’ai créé un lien vers une publication anglaise, je laisse le lien tel quel. Mais s’il s’agit d’un lien de référence, par exemple vers un article de Wikipédia, j’essaie de trouver l’article équivalent dans la version française de Wikipédia et je crée un lien vers cet article.

Vérifier le contenu avec Google Translate dans Chrome

La dernière étape consiste à retraduire la version française de l’article en anglais à l’aide de Google Translate dans Chrome. Cela devrait permettre de repérer toutes les erreurs qui m’ont échappé parce que je ne parle pas couramment le français. Et c’est tout, à moins que vous n’ayez un ami francophone prêt à vérifier le contenu pour vous.

Image: Charles V ordonne la traduction d’Aristote (manuscrit RC-A-28551 de la Bibliothèque nationale de France)