Embaucher et fidéliser la génération Z

illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations

Publié le 5 octobre 2023 par Andrew Owen (6 minutes)

post-thumb

L’économiste et ancien ministre grec des finances Yanis Varoufakis vient de publier un nouveau livre intitulé “Technofeudalism: What Killed Capitalism”. J’attends qu’il sorte en livre de poche. Extrait de la jaquette:

Des sommes folles censées remettre à flot nos économies à la suite de la crise financière et de la pandémie ont fini par renforcer l’emprise des grandes entreprises technologiques sur tous les aspects de l’économie. Les deux piliers du capitalisme - les marchés et le profit - ont été remplacés par les plateformes et les rentes des grandes entreprises technologiques. Pendant ce temps, à chaque clic et à chaque défilement, nous travaillons comme des serfs pour accroître leur pouvoir.

Varoufakis affirme qu’en moyenne, les conglomérats traditionnels versent entre 80 et 85% de leurs revenus aux travailleurs, tandis que Facebook n’en verse que 1 %. Il affirme que le résultat est qu’il y a moins d’argent en circulation, moins de demande et moins d’investissement.

Il note également que les jeunes sont constamment angoissés par leurs médias sociaux parce qu’ils savent que lorsqu’ils postulent à un emploi, le jury d’entretien les examinera. Par conséquent, ils essaient constamment de créer le moi qu’ils pensent être le plus vendeur sur le marché du travail. Si vous faites partie de la génération Z, arrêtez tout de suite et achetez un exemplaire de “Hacking Capitalism” de Kris Nóva et Ashley Bishcoff.

Intermission

Je dois maintenant faire un détour car je viens d’apprendre que Nóva, que je connaissais un peu grâce à des interactions sur Hachyderm et Twitch, est décédé dans un accident d’escalade. Le monde de la technologie s’est appauvri et je vous encourage à lire cette nécrologie de Steven J. Vaughan-Nichols. Mes pensées vont aux proches de Nóva. Je voudrais terminer l’article ici, mais j’ai l’impression que Nóva voudrait que je finisse de l’écrire.

Reprise de l’article

Les grandes entreprises technologiques exercent un certain attrait sur les candidats à l’emploi et disposent d’une masse d’argent qu’elles peuvent consacrer au problème de l’embauche. Mais si vous êtes une entreprise technologique de taille normale, un conglomérat à l’ancienne ou une petite ou moyenne entreprise, vous avez peut-être éprouvé des difficultés à embaucher et à fidéliser la génération Z (les personnes nées entre le milieu des années 1990 et le début des années 2010).

La génération Z est la génération qui a grandi avec l’internet. Ils ont des compétences techniques, d’excellentes aptitudes à la communication et sont capables de s’adapter rapidement à de nouvelles situations. Bientôt, ils représenteront un tiers de la population mondiale et, peu après, un tiers de la main-d’œuvre mondiale. Pour des raisons socio-économiques qu’il faut probablement être économiste pour comprendre, les membres de la génération Z sont dans une position qui leur permet de choisir leur employeur.

Toutefois, en 2020, un rapport de l’Académie nationale des sciences des États-Unis a mis en garde les employeurs contre la prise en compte des stéréotypes générationnels dans l’élaboration des politiques de recrutement, de maintien en poste et d’autres politiques de gestion. Mais ce qu’ils voulaient dire, c’est qu’il ne fallait pas traiter les jeunes travailleurs comme des paresseux et les travailleurs plus âgés comme des personnes réfractaires au changement.

Le secret, c’est que si vous construisez des lieux de travail dans lesquels la génération Z souhaite travailler, vous attirerez des travailleurs de tous âges qui apprécient ce type d’environnement (pérennes). Voici une liste restreinte. Plus vous cocherez de cases, plus vous serez attractif en tant qu’employeur.

  • Un travail intéressant en échange d’une rémunération équitable:
    • Un plan 401K décent.
    • Une couverture médicale et dentaire adéquate.
    • Le taux du marché pour le poste.
  • Équilibre entre vie professionnelle et vie privée:
    • Horaires de travail européens.
    • Des niveaux européens de congés payés.
    • Prise en compte des besoins des parents.
    • Semaine de travail de quatre jours.
    • Travail à distance ou hybride.
    • Soutien au bien-être.
  • Développement de carrière:
    • Un parcours de carrière défini.
    • L’éducation et la formation.
  • Éthique:
    • Diversité, équité et inclusion (DEI).
    • Environnement, société et gouvernance (ESG).

Une enquête réalisée en 2022 par KPMG au Royaume-Uni a révélé qu’une personne interrogée sur trois âgée de 18 à 24 ans avait refusé un emploi parce qu’elle désapprouvait les engagements ESG de l’employeur. Une enquête réalisée en 2023 par Deloitte auprès de 22 000 membres de la génération Z et de la génération du millénaire dans 44 pays a également révélé que les personnes interrogées ne sont pas satisfaites de leurs engagements ESG:

Alors qu’ils repensent le rôle du travail dans leur vie, l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée reste une priorité absolue, avec des modalités de travail flexibles, y compris des emplois à temps partiel, qui gagnent en popularité. Ils citent le coût de la vie comme la principale préoccupation sociétale, plus de la moitié des personnes interrogées déclarant qu’elles vivent d’un salaire à l’autre. Les niveaux de stress et d’anxiété restent élevés, en raison des préoccupations financières et environnementales, ainsi que des pressions exercées sur le lieu de travail. Ils veulent que les employeurs les aident à se préparer à la transition vers une économie à faibles émissions de carbone.

Les chiffres spécifiques à la génération Z sont révélateurs:

  • 46% se sentent stressés ou anxieux tout le temps ou la plupart du temps.
  • 80% déclarent que le soutien et les politiques en matière de santé mentale sont importants lorsqu’ils envisagent de travailler pour un employeur.
  • 77% des personnes qui occupent actuellement des postes à distance ou hybrides envisageraient de chercher un nouvel emploi si on leur demandait de retourner au bureau à temps plein.
  • 46% ont pris un travail d’appoint rémunéré.
  • 42% ont déjà changé ou prévoient de changer d’emploi ou de secteur d’activité en raison du changement climatique.

Les employeurs ont fait des progrès depuis l’époque prépandémique, mais les affaires ne répondent toujours pas aux attentes. Les niveaux de satisfaction sont les suivants

  • Équilibre entre vie professionnelle et vie privée: 34%
  • Efforts de l’employeur en matière d’DEI: 33%
  • L’impact sociétal de l’employeur: 30%.

En résumé, les jeunes qui entrent sur le marché du travail et en début de carrière exigent de leurs employeurs des normes plus élevées que jamais. Et certains secteurs peuvent être confrontés à des défis supplémentaires. Au Royaume-Uni, par exemple, la communication technique est rarement un premier choix de carrière, et les salaires stagnent depuis plus d’une décennie.

Une solution pour les employeurs consiste à mettre en place des programmes de mentorat inversé. Un rapport de Hays a révélé que les avantages de l’enseignement et de l’influence du personnel junior sur le personnel senior comprennent une amélioration de la satisfaction et de l’engagement des employés. Et la génération Z a beaucoup à apprendre à ses collègues plus âgés en matière de responsabilité sociale et d’éducation à l’environnement.

Il y a beaucoup de choses à analyser ici. Ce billet est beaucoup plus long que ce que j’avais prévu au départ. Et dans ma tête, j’entends The Disposable Heroes of Hiphoprisy et les “Words Of Advice For Young People” de William S. Burroughs. Il est temps d’arrêter d’écrire.