Le passage au numérique ou: Comment j‘ai appris à ne plus m‘inquiéter et à aimer le cloud

illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations

Publié le 14 septembre 2023 par Andrew Owen (5 minutes)

post-thumb

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été écrivain. Et comme la plupart des écrivains, j’ai une prédisposition à l’accumulation. Mais il y a une dizaine d’années, lorsque j’ai emménagé dans une petite maison à Londres, j’ai décidé qu’il fallait que je réduise mes effectifs. Je fais partie de la génération X, ce qui signifie que j’aime posséder mes affaires (musique, films et émissions de télévision). Avant la création de l’iPod, j’envisageais d’acheter deux Wurlitzer CD Jukebox pour stocker mes 300 albums. Mais j’avais déjà numérisé tous mes CD avant le déménagement.

En revanche, j’avais encore environ 300 films et émissions de télévision sur DVD. Le prix du stockage de masse était en baisse. J’ai donc acheté un disque NAS Synology avec transcodage vidéo intégré. J’ai numérisé au format MKV (sans recompression). J’ai ensuite laissé le NAS effectuer la conversion vers des formats compressés en arrière-plan. À l’époque, les gens m’ont dit que je ne devais pas m’embêter à numériser au format basse résolution du DVD. Mais maintenant que j’ai un téléviseur doté de l’amélioration d’image AI, la version cinéma de La Guerre des étoiles (dérivée de la version Laser Disc) est superbe.

Dans les années 1990, j’ai perdu la quasi-totalité de ma collection de fichiers à la suite d’une panne de disque dur. Je pense qu’une seule image que j’avais créée sur l’Atari ST a survécu, parce qu’elle a été utilisée sur un disque de jeux pirates par le groupe de pirates Automation. Ironiquement, des années plus tard, j’ai pu récupérer la plupart des données de mes vieilles cassettes ZX Spectrum. J’ai donc configuré le NAS avec une double matrice redondante de disques peu coûteux (RAID). J’ai déjà eu des disques qui sont morts, et grâce à la possibilité d’échanger à chaud un disque de remplacement, je n’ai jamais perdu de données. Mais je vis dans une région sujette aux brown outs (pannes de courant). J’ai donc ajouté une alimentation sans interruption (ASI) de Schneider. Le disque se trouve également à l’étage, et n’est donc plus exposé au risque d’inondation.

Lorsque j’ai déménagé en Irlande, j’ai dû tout stocker jusqu’à ce que je trouve un logement. J’ai donc décidé à contrecœur de me débarrasser de presque tous mes livres informatiques imprimés (que j’avais laissés à mon dernier employeur au Royaume-Uni) et de les remplacer par des versions numériques. Je me suis abstenu d’acheter un livre électronique jusqu’à ce que je puisse en obtenir un avec une résolution d’impression similaire à celle de la page imprimée dans un livre de poche bon marché. Et cet appareil était le Kobo Aura HD. La dernière fois que j’ai vérifié, il recevait encore des mises à jour logicielles et je n’ai jamais éprouvé le besoin de le remplacer.

En ce qui concerne le NAS, je viens de passer à la version 7.1 du logiciel Disk Station Manager (DSM). J’avais deux versions de retard sur la version 6.x. Malheureusement, Synology a abandonné la prise en charge des imprimantes lors d’une mise à jour et j’ai dû acheter une nouvelle imprimante laser noir et blanc pour la première fois en 20 ans. Heureusement, j’ai pu la dépenser. Cependant, c’est la dernière version de DSM qui prend en charge mon matériel, ce qui signifie qu’à terme, je ne recevrai plus de mises à jour de sécurité. Cela signifie que je dois trouver un nouvel emplacement pour mes données.

Actuellement, outre le RAID, je dispose d’une sauvegarde hors site sur l’un des serveurs de Synology. Mais cela n’inclut pas le contenu commercial protégé par des droits d’auteur. Comme il s’agit d’un contenu volumineux, il y en a beaucoup et il est probablement contraire aux conditions de service de l’héberger. J’envisage donc de conserver le NAS uniquement comme serveur multimédia. Ma télévision le reconnaît également sur le réseau, ce qui me permet de diffuser directement. Et comme il s’agit également d’un nuage privé, je peux également diffuser en continu lorsque je ne suis pas chez moi. J’ai obtenu des résultats mitigés avec le logiciel natif, mais il prend également en charge Plex.

Mais pour le reste de mes données, j’ai décidé de les transférer à l’un des fournisseurs commerciaux de services en nuage. Ils sont établis de longue date. Ils disposent de bandes de sauvegarde redondantes. Ils n’ont connu aucune violation grave de données depuis leur création. Et je veux retrouver de l’espace chez moi. J’ai des armoires pleines de cartons remplis de documents datant d’une trentaine d’années dont j’aurai peut-être besoin un jour pour l’intrigue d’un roman. Mais je n’ai pas besoin des versions physiques. Depuis que j’ai acquis GeniusScan pour l’iPad, je peux numériser un dossier de boîtes en une demi-journée. Et le résultat est un PDF consultable.

J’ai également abandonné les copies physiques des vieux jeux auxquels je jouais (ils sont partis dans un musée en Allemagne) et je les ai remplacés par des éditions numériques de GoG (anciennement Good Old Games). J’ai encore quatre étagères remplies de livres (dont environ la moitié sont des ouvrages documentaires), mais comme je l’ai déjà dit, je suis écrivain. Malgré mon intérêt pour les consoles rétro, la plus ancienne console que je possède encore aujourd’hui est une Nintendo DSXL, qui dispose d’un chariot me permettant d’exécuter des logiciels pour une console encore plus ancienne. J’ai toujours une PS4 avec des disques physiques, mais j’envisage sérieusement de passer à une PS5 numérique et de me débarrasser des supports physiques.

J’étais encore réticent à l’idée de tout confier au cloud sans autres sauvegardes, jusqu’à ce qu’une erreur se produise sur le disque NAS et m’empêche d’accéder à mes données. Pendant deux semaines, j’ai cru que tout avait disparu. Et ce n’était pas la fin du monde. En fin de compte, l’assistance de Synology a pu m’aider à me remettre en route. Mais après cela, j’ai décidé que ce ne serait pas la pire chose à faire que de tout laisser dans le nuage. Il y a des contenus qu’il ne faut jamais mettre dans le nuage, mais je n’ai rien qui entre dans cette catégorie. Et à ce stade, je préfère la commodité de ne pas avoir à entretenir et à mettre à jour mon propre matériel.