Tirer le meilleur parti de l’analyse

illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations illustrations

Publié le 3 août 2023 par Andrew Owen (6 minutes)

post-thumb

La semaine dernière, j’ai écrit sur la plateforme de médias sociaux anciennement connue sous le nom de Twitter (TSMPFKAT). Si le T et le P sont muets, comme dans tsar et pfennig, on peut prononcer sumf-kat. Et j’ai noté que je ne l’utilise plus pour promouvoir ce blog, d’après les analyses. Cette semaine, j’ai donc pensé entrer un peu plus dans le détail des analyses que j’utilise et de la façon dont vous pouvez les utiliser.

J’ai également mentionné précédemment que je n’avais pas eu de like sur un post de TSMPFKAT depuis le mois de mai. Je le sais parce que la plateforme fournit ses propres Tweet Analytics, que vous pouvez cliquer sur n’importe quel post pour obtenir une analyse. En outre, ces données sont disponibles via l’API, de sorte que vous pouvez également les consulter sur des plateformes de gestion des médias sociaux telles que Buffer. C’est l’une des raisons pour lesquelles la plateforme a été si populaire auprès des annonceurs, car il est facile de mesurer l’engagement.

J’ai récemment répondu à un post d’un ancien collègue sur les gens qui quittaient TSMPFKAT après le changement de logo. Ce message avait

  • 1 like
  • 0 partage
  • 0 commentaire
  • 18 impressions (nombre de fois où le message a été vu)
  • 11 engagements (fois qu’un utilisateur a interagi avec un message)
  • 7 expansions de détails (fois où les gens ont vu les détails de l’article)
  • 0 nouveau follower
  • 1 visite de profil
  • 2 clics sur le lien

Les annonceurs peuvent utiliser ces données avec une méthode appelée Test A/B pour créer un contenu plus engageant en comparant l’efficacité de différentes approches. Sur une note plus sombre, lorsque l’argent du capital-risque s’est épuisé et que les réseaux sociaux ont eu besoin de générer des revenus, ils ont utilisé l’analyse pour découvrir que la mise en évidence du contenu qui mettait les utilisateurs en colère était le meilleur moyen de susciter l’engagement.

Le site de micro-blogging fédéré Mastodon ne fournit pas de données équivalentes, ce qui explique peut-être pourquoi les annonceurs ne l’ont pas adopté. Cela explique peut-être pourquoi les annonceurs ne l’ont pas adopté, ainsi que le sentiment qu’il est hostile aux entreprises.

Votre fil d’actualité devrait être rempli de ce qui compte le plus pour vous, et non de ce qu’une entreprise pense que vous devriez voir. Des médias sociaux radicalement différents, de nouveau entre les mains des gens." -Mastodon

Meta, la société mère de Facebook, a lancé un service similaire à TSMPFKAT appelé Threads, lié aux comptes Instagram. Mais en raison d’un différend avec l’Union européenne, la plateforme n’est pas disponible dans les 27 pays de l’Union, ce qui pourrait décourager les annonceurs.

Meta fournit des analyses pour Facebook et Instagram par l’intermédiaire de Meta Business Suite. Meta dispose d’une grande quantité de détails sur ses utilisateurs. Comme le dit l’adage: “Si vous ne payez pas pour le produit, alors vous êtes le produit”.

J’ai une page Facebook que j’ai créée il y a longtemps pour certains de mes projets personnels. En regardant les analyses, je peux voir la répartition démographique et je peux comparer la portée d’une année sur l’autre. Je n’y ai pas posté ces derniers temps, mais elle compte plus de 300 followers, et j’y ai donc lié mon compte Instagram. Désormais, lorsque je publie un article avec Buffer, il est également partagé sur Facebook.

Je ne sais pas si les relations avec les développeurs vont rester avec TSMPFKAT, passer à Mastodon ou à LinkedIn. Mais je pense que LinkedIn a une chance de récupérer quelques utilisateurs. Je soupçonne qu’il y a des fonctionnalités plus avancées au niveau payant, mais je peux voir les likes, les commentaires, les clics et les partages à travers l’interface de Buffer.

Mais comme vous l’avez probablement deviné, le principal outil que j’utilise est Google Analytics sur le site lui-même. Il a suscité des inquiétudes en matière de protection de la vie privée et des solutions alternatives sont disponibles. Mais j’ai des données historiques que je ne veux pas perdre. J’ai configuré mon site de manière à ce qu’il ne recueille pas d’informations personnellement identifiables. Je n’affiche pas d’avertissement concernant les cookies, mais j’ai ajouté un avis dans le pied de page.

Comme ce blog traite principalement de sujets intéressant les personnes qui travaillent dans les relations avec les développeurs, mon public cible était les États-Unis, l’Inde et l’Allemagne (tous les pays où les développeurs communiquent principalement en anglais). En tant que défenseur de l’internationalisation et de la localisation, j’ai toujours eu l’intention d’ajouter une deuxième langue au site. Je n’ai pas d’équipe derrière moi et la traduction automatique ne remplace pas les liens par des alternatives dans la langue cible. Je devais donc en choisir une. En regardant la répartition par nationalité, j’ai identifié le français comme la langue susceptible d’ajouter le plus de lecteurs.

En examinant un instantané des 28 derniers jours, je constate que les dix premiers pays sont les suivants

  1. Les États-Unis
  2. Le Royaume-Uni
  3. Inde
  4. L’Allemagne
  5. Corée du Sud
  6. La France
  7. L’Australie
  8. Pays-Bas
  9. Le Japon
  10. Le Canada

La partie la plus délicate de l’analyse est de savoir comment interpréter les données. Je sais que les cinq premiers pays utilisent tous principalement l’anglais pour la communication technique. Je suppose qu’il en va de même pour la Corée du Sud. La France est le principal pays qui utilise le français pour la communication technique. L’Australie et le Canada sont également anglophones. Je suppose qu’au moins une partie du contenu technique aux Pays-Bas est rédigé en anglais. Ce qui signifie que le Japon est un cas isolé.

Mais ce que tous ces pays ont en commun, c’est qu’ils sont des centres de développement de logiciels. J’en déduis donc que mon blog atteint le public auquel il est destiné. L’autre indicateur que je regarde le plus souvent est celui des sessions. J’essaie de publier un nouvel article chaque semaine à la même heure et le même jour, et les données montrent que c’est le jeudi que j’obtiens le plus de vues. Cela tend à confirmer mon opinion selon laquelle publier du contenu chaque semaine le même jour à la même heure est une bonne idée. Mais il faut faire attention à ne pas trop interpréter les données.

Après m’être assuré que j’atteignais le public visé, l’objectif suivant est de lui donner plus de ce qu’il veut, en fonction de l’accueil réservé aux articles. Cependant, comme je ne monétise pas le site et que je n’en suis pas dépendante pour mes revenus, j’ai la liberté éditoriale d’écrire sur ce que je veux, et je suis persuadée que tant que la plupart du contenu est pertinent, mes lecteurs toléreront les articles occasionnels hors sujet. En effet, la série de listes curatives s’est avérée très populaire et j’ai d’autres idées pour les listes à venir.

De plus, je suis apparemment l’un des meilleurs utilisateurs de Buffer et ils m’ont donc donné un lien de référence pour toute personne intéressée par un compte gratuit. Je ne sais pas s’il y a des avantages associés à ce lien. Peut-être qu’ils veulent simplement savoir d’où viennent les recommandations.